L’objectif poursuivi est de permettre une réinsertion professionnelle qui soit avant tout sociale, qui passe par la rencontre avec le public, avec les bénévoles, avec les artistes, grâce à tout l’enrichissement que cette diversité apporte.

Un accès à l’expression émotive et artistique : nous avons la conviction que l’accès à la création et à la pratique artistique peuvent être pour les anciens détenus un moyen de retrouver un équilibre, une confiance en l’avenir et en eux même, une intégrité surtout. L’accès à l’emploi ne peut se passer de la création, car elle est un élément essentiel du retour à l’emploi, de l’épanouissement professionnel et personnel.

Un dialogue nouveau entre la société et les anciens détenus : nous croyons que l’art et le monde du spectacle peuvent permettre de renouer le dialogue entre la société et les anciens détenus, de se rencontrer autour d’émotions et de passions communes. C’est cet idéal d’un lien fort et puissant, d’un fil reliant les êtres entre eux, que nous voulons mettre en avant au sein de ce projet.

Esmael Bahrani, peintre iranien, pour La lucarne d’Ariane.